Européenne 2019

Les gilets jaunes 2019

  Manifeste  des gilets jaunes

CE  QUE  NOUS SOMMES

 

 

Nous  sommes  le peuple   des  routes, des ronds  points, des marches nationales, des confins oubliés, des villes et des villages  que les politiques  ont sinistrés , des femmes et des hommes qui ont  beaucoup travaillé, élevé et grandi le  pays, sans jamais  quémander de lui.

 

Nous sommes la France des  taxés sans arrêt,

 

des  payeurs de  CSG, de  TVA , d’une avalanche  de  droits  et d’impôts, pour l’ Etat, la région , le département, la commune ,  les agglos et toute une  caste des privilégiés, une  Camorra de l’ ENA, avec ses amitiés croisées, ses complicités entrelacée ,  ses butins  partagés, et ses pouvoirs  en réseaux qu’ils nous font financer par  nos impôts.

 

Nous les   payons   sur nos  retraites, nos pensions, nos  maisons,  nos voitures, à la pompe,  au robinet et   même sur nos  autoroutes   pour avoir le droit d’y rouler. Parce qu’on nous en a dépossédées,  sous le nom élégant de les avoir privatisées.

 

En quelques  décennies   on nous a ainsi  tout pris. Et   aussi tout supprimé. Nos postes , nos gares  ,  nos hôpitaux , nos maternités , nos écoles , ils  nous ont tout fermé,  tout  saccagé , laissant nos villages   désertés , nos jeunes sans rien sur des dizaines de kilomètres à la  ronde , nos familles sans médecins et nos personnages âgées isolées , sans même pouvoir accéder en final  à une maison de retraite .Puisque le  prix   à payer leur en ferme l’entrée , au  nom  d’une   loi du marché .

 

Voilà alors qui nous sommes :

 

Les  femmes ,  les hommes , les jeunes , les retraités , de Toulouse , Bordeaux ou Paris, gens des villes et paysans que l’on  prive  des moyens  de leurs  vies.

Des français  indignés qui   du  tréfonds de l’histoire de notre pays , ne voulons  plus  être   pressurisés et  méprisés .

 

 

CE QUE  NOUS REJETONS   

 

Des mois de mobilisation, des blessés et des morts,  ce n’est évidemment pas pour une seule et simple augmentation de taxe sur des carburants ou de vitesse limitée sur les routes de notre ruralité.

 

 

Ce mouvement que nous portons, dans le rayonnement national  et l’adhésion collective , est trop grand pour ne pas dire une grande cause  . Ce n’est pas un  simple impôt rejeté, une injustice  dénoncée, un dirigeant qui n’est plus supporté ou un mépris qui n’est plus  accepté. C’est tout un amoncellement, un système , un régime , une caste  , une oligarchie  tenant le pays , qui  nous fait révolter , tenir et continuer . Jusqu’à ce que le mal  installé, diffusé, métastasé, soit extirpé. Mal  social , fiscal , comportemental , politique et par dessus tout    constitutionnel, parce que depuis 1962 et l’élection du président de la République au suffrage universel , c’est là que le ver  a été introduit.