Européenne 2019

Les gilets jaunes 2019

1789- 2019

 

ILS SONT AUX PORTES DE L’IMPENSABLE : BALAYER  LE REGIME  FISCAL

 

                 LA REVOLUTION FISCALE EN MARCHE 

Leur nombre importe peu. Qu’ils  soient des milliers    sur les ronds points des routes de France  ou qu’ils soient seulement les dix , vingt et cent que les télévisions privées daignent décompter, ne change rien à leur réalité : les gilets jaunes sont  du peuple et le peuple . Ils en ont l’esprit, le souffle, le génie mystérieux de la France  qui lorsque tout est bloqué , tout est perdu et fini, on ne sait pas pourquoi quelque chose se produit.

 

C’est précisément ce qui  se reproduit là, sous nos  yeux : un basculement  de l’histoire dont les gilets jaunes sont entrain d’écrire une page. Comme à Alésia , Bouvines , Orléans ,  à Fourmies , aux Usines de 36 , chez Lip ou au Larzac,  des femmes et des hommes,   qui jusqu’ici avaient  tant supporté ,  tant payé, tant enduré, refusent d’un seul coup  les pouvoirs illégitimes quand ils découvrent qu’ils n’ont pour seule téléologie que la rapine.

 

Ces gilets là    viennent  de très loin, de  dix sept  siècles de révoltes  contre les  oppressions   fiscales qui asphyxient nos  vies. Ils reprennent  pour nous tous les combats incessants  des hommes libres. 

 

En remontant le temps, on les retrouve toujours. Depuis les Bonnets rouges,  sous le  président aux sans dents , jusqu’aux Va –nu- -piedsdu Cotentin ,  les croquantsdu Quercy , lesAudijosdes Landes  qui inventèrent la guerilla fiscale contre  Colbert , les cascavéous d’ Aix , révoltés sous Richelieu,   avec des grelots pour gilets jaunes et les Bagaudes gaulois , deux siècles en refus des impôts de l’occupant romain . Le tout en passant par le CID UNATI  de Gérard Nicoud  , au temps d’un Macron  à l’accordéon ; les petits artisans et commerçants de Pierre  Poujade en  1955, contre les contrôles fiscaux  ;  les chemises vertes paysannes de Jacques  Dorgères des années 30 ;  la Ligue descontribuables qui au début du XXème siècle avait alerté sur  l’impôt sur le revenu d’où sortirait  forcément  l’Etat fiscal policier ; et bien sûr les sans culottes de 89 qui ont montré que l’on peut raser,  en une seule nuit d’un 4 août,  tout un édifice fiscal totalitaire de   gabelles , de  tailles , de corvées   et  de Fermiers généraux tout aussi odieux que  l’énarchie   d’aujourd’hui. Avec en sommet sa  poignée  d’enfants Néron aux privilèges dépravés ,  incendiant depuis les Palais  que nos impôts leur paie, nos  vie  de français

 

C’est du fin fond de toute ces oppressions fiscales,  sur les siècles et les siècles,  que viennent nos gilets jaunes dont on sent que leur force peut nous propulser  aux portes du miracle jusqu’ici  impensable mais cette fois possible : en finir  avec l’effet de masse, de casse et de nasse,  des 1050 milliards d’euros de prélèvements annuels , des 365 impôts, taxes et cotisations sociales et de notre Code Général des Impôts  bidon ville,   aux 5243   articles ,dont 994  pour le seul impôt sur les revenus  de notre  travail .

 

 

 

Des dizaines de morts, de mutilés de la main et des yeux, des centaines de blessés par des tirs tendus...... A ce prix déjà, la révolution gilets jaunes doit tout changer en haut !